Un voyage impressionniste, du Musée d'Orsay à la Seine et Marne

C'est un de ces endroits magiques comme il en existe peu. L'overdose de beauté vous guette, Galerie des Impressionnistes, au cinquième étage du Musée d'Orsay. Découvrir et redécouvrir la plus grande collection au monde de peintres de ce mouvement est une expérience fascinante, un préambule incontournable à tout voyage sur les lieux qui inspirèrent ces artistes souvent jugés, à la fin du XIXème siècle, d'une modernité scandaleuse.

 

Reportage Marianne Lohse ©

 

Barbizon, à l'Auberge Ganne devenue musée

 

 

 

Bon nombre de villes et de villages de Seine-et-Marne témoignent toujours de leur présence. Rien de tel qu'une balade à Barbizon pour revivre cette époque où une cohorte d'artistes fauchés arrivait de Paris en chemin de fer puis, à pied, de Chailly (9 kilomètres!) pour peindre sur le motif, dans la forêt de Fontainebleau.

 

 

Leur point de ralliement dans ce simple hameau de bûcherons? L'auberge Ganne (devenue un musée), ouverte par un couple d'épiciers. On y trouvait dortoirs et nourriture bon marché. Ces jeunes rapins, précurseurs des Impressionnistes, refusaient l'enseignement académique dispensé par les ateliers des Beaux Arts. Sans doute avaient-ils aussi le désir  de se rapprocher des maitres qui habitaient le hameau une grande partie de l'année: Corot, Rousseau, Millet, Jacque ou le sculpteur animalier Barye.

Sur les murs de l'Auberge Ganne, une peinture évoque le paysagiste partant tôt le matin sur le motif. Sur son dos il porte un sac chargé de tubes de couleurs, un "pinchard" (tabouret pliant), un parasol, un pochon refermant son pique-nique et deux toiles vierges, l'une pour l'effet du matin, l'autre pour l'effet du soir. Pardessus ses culottes de velours, des guêtres censées le protéger des moustiques. Célèbres ou inconnus, les peintres ont laissé leurs traces, à l'Auberge Ganne, ornant meubles, cloisons de bois, manteaux de cheminée. Tous avaient la passion des arbres, des lumières changeantes, par tous les temps et toutes les saisons. Théodore Rousseau se fera même le défenseur de la forêt de Fontainebleau (aujourd'hui classée réserve biosphère par l'Unesco) auprès de Napoléon III. Etabli dans le hameau en 1847, il y vivra jusqu'à sa disparition, en 1867. Dans le cimetière de Chailly, sa tombe est proche de celle de Millet, son ami intime.

 

Chêne, Apremont, par Théodore Rousseau (Louvre)

 

 

En 1863, Monet décide de venir travailler en forêt de Fontainebleau. Les années suivantes, Bazille, Sisley et Renoir l'accompagnent. Un village voisin, Bourron-Marlotte voit affluer de nombreux intellectuels parmi lesquels Zola ou les frères Goncourt. Les Impressionnistes vont reprendre les motifs de leurs ainés: les arbres, les allées, les étangs, les rochers. La vivacité, la fraicheur de leurs couleurs finiront par éclipser les œuvres des Barbizonnais. "Il n'en reste pas moins vrai" affirme Marie-Thérèse Caille, conservateur honoraire du musée de Barbizon "que cette Ecole  est l'étape nécessaire pour comprendre les inventions impressionnistes".

On flâne avec bonheur dans la Grand Rue  ponctuée de panneaux en céramique reproduisant des tableaux emblématiques. Le musée des peintres de Barbizon est installé  dans l'Auberge Ganne. Un peu plus loin, la maison-atelier de Théodore Rousseau accueille des expositions temporaires.

 

Mllet, Des glaneuses

 

Quant à la maison de Jean-François Millet ((il y peignit "L'Angélus" et "Des glaneuses"), elle est très révélatrice de la personnalité de ce peintre pétri de culture et très attaché à son enfance rurale. 300 kms de sentiers attendent les randonneurs dans la forêt toute proche.

 

Corot, La charette

 

Les plus courageux emprunteront le sentier Robert Louis  Stevenson : l'écrivain écossais poussait volontiers jusqu'à Grez-sur-Loing.

Notre périple se poursuit à l'est de la forêt, vers Moret-sur-Loing.  Alfred Sisley y vécut près de vingt années, de 1880 à sa mort, en 1899. La ravissante petite ville, à la frontière de l'Ile de France et de la Bourgogne, conserve les traces de son passé médiéval: les remparts fortifiés, les deux portes  dites de Bourgogne et de Samois, le donjon où fut enfermé Nicolas Fouquet sous la garde de d'Artagnan, l'église gothique Notre-Dame. En déambulant Rue Grande, on découvre de superbes façades Renaissance. Par la rue Grez, on remonte jusqu'à l'église, hélas bien abimée. Comme Monet prenant la cathédrale de Rouen pour modèle, Sisley l'a immortalisée en variant les points de vue, au gré des saisons et des heures: façades ouest, côté sud ou transept. Il faut marcher jusqu'à la rue Montmartre. La demeure du peintre est   toujours là, au numéro 19. Il y mena  avec sa femme et ses enfants une existence précaire. De son vivant, ses tableaux  se sont mal et peu vendus, en dépit des efforts des marchands Durand- Rueil et Petit.

 

 

Sans jamais renoncer, pour plaire davantage, à sa manière de peindre et à sa passion quasi exclusive pour le paysage, a-t-il conçu de l'amertume  face au succès de ses amis, Renoir et Monet rencontrés dans l'atelier de Gleyre, un enseignant des Beaux Arts ? De nationalité britannique, Sisley est le fils d'un riche négociant fixé à Paris dont la fortune lui permettra de se consacrer à la peinture. Jusqu'à ce que la guerre franco-prussienne de 1870 ruine sa famille. Admirateur de Turner, de Constable, de Corot, il plante lui aussi son chevalet dans la forêt de Fontainebleau. Mais "c'est à Moret" dira-t- il "que j'ai fait le plus de progrès dans mon art. Je ne quitterai jamais complètement ce coin  si pittoresque".

A sa mort, sa cote s'envole et les faux se multiplient. Un parcours, composé de cinq balades, "Sur les pas d'Alfred Sisley" nous invite à retrouver à pied ou à vélo, entre Seine et Loing, les lieux (presque intacts) qu'il fixait sur sa toile.

L'eau, les arbres, la fluidité de la lumière inspiraient les impressionnistes. Et les poètes. A Valvins, le musée Stéphane Mallarmé fait face à la Seine.. Le Conseil départemental de Seine-et-Marne a acquis cette maison assez modeste, une ancienne auberge pour coches d'eau.

 

Dans la maison de Mallarmé

 

Dés 1874, Mallarmé, tombé sous le charme, s'exclame: " tout le monde a un pays natal, moi j'ai adopté Valvins". Le poète y loue quelques pièces. Assez exigües. Mais le jardin est superbe, la vue, merveilleuse. Lorsqu'il prend sa recette anticipée en 1874 (il enseigne l'anglais), il loue quatre pièces supplémentaires pour des séjours plus longs. Le matin, il rédige son courrier, corrige ses épreuves (à la fin de sa vie, il se remettra à " Hérodiade"). L'après midi est consacrée à la baignade et au canotage avec la barque qu'il a fait construire à Honfleur. Il se promène volontiers à pied ou en carriole dans la forêt de Fontainebleau.

Des vacances souvent en solitaire sans son épouse et sa fille Geneviève. Mais Mallarmé est un incorrigible mondain qui reçoit beaucoup : Berthe Morisot et son époux Edouard Manet, Paul Nadar, Octave Mirbeau, Whistler, Paul Valéry figurent parmi les fidèles. Faute de place, on loge ce beau monde à l'auberge du Port à l'Anguille. Le maitre du symbolisme aimait passionnément sa "petite maison au bord de l'eau". Il s'y éteint  en 1898. Il est enterré avec sa famille au cimetière de Samoreau.

 

 


Notre périple s'achève à Fontainebleau. La visite du monumental château réserve toujours des surprises. Comme chaque année, s'y tenait, début juin, le Festival de l'Histoire de l'Art  dont l'accès est entièrement gratuit. La nature était au cœur de cette septième édition (une façon de rendre hommage à la forêt environnante). Avec comme pays invité, les Etats-Unis. Un programme  plus foisonnant que jamais, une superstar pour prononcer le discours inaugural, l'artiste Jeff Koons: les organisateurs ont frappé  fort. " L'histoire de l'Art, ça se passe aussi maintenant " rappelait Eric de Chassey, directeur de l'INHA (Institut National de l'Histoire de l'Art). Ce ne sont pas les 45 000 visiteurs (tous records battus) qui diront le contraire.


Marianne Lohse

Pour en savoir plus encore sur la Seine-et- Marne :www.visit.pariswhatelse.fr

Créé le : 21/06/2017 - Mise à jour : 26/06/2017
Commentaire (0) - Laisser un commentaire
Aucun avis
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales