L'Ecomusée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genres

Nous sommes au sud de Colmar, non loin de Mulhouse, à Ungersheim, juste derrière l'ancienne mine de potasse qui tend encore vers le ciel son chevalement et ses bâtiments délabrés. Sur 15 hectares de friches végétales complétement réhabilitées, s'est créé un musée qui met en valeur le savoir-faire des bâtisseurs alsaciens. Ici ont été remontés, poutre après poutre, des dizaines de bâtiments représentatifs des architectures alsaciennes. Fermes, granges, ateliers, habitations de ville, lavoir, moulins, tours de défense, etc. constituent un village pittoresque que le visiteur parcourt à sa guise, pénétrant dans les maisons, s'arrêtant  dans l'une d'elles où se baratte le lait de la vache vosgienne que l'on vient de croiser, où un pâtissier fait de délicieux kouglofs et des tartes aux myrtilles que l'on dégustera sur place... Pas de chiqué dans cette reconstitution : tout est authentique. Les cigognes sur les toits ne sont pas en céramique : on les entend claqueter toute la journée.

 

 

 

Reportage : Guy Riboreau ©

C'est le plus grand écomusée de France. Sur les 15 hectares du village, 72 bâtiments nous déclinent l'environnement domestique et les modes de vie traditionnels des alsaciens. Dans la verdure, c'est un parcours grandeur nature des habitats alsaciens dans leur diversité. Bien sûr, le colombage et la poutre apparente sont rois dans ce décor où tout est fait pour comprendre ce qui a motivé les bâtisseurs : adaptation au climat, aux fonctions de l'habitat : ferme, maison bourgeoise, atelier d'artisan, moulin, bâtiment public, école, etc. Le village se parcourt à pied ou en carriole tirée par deux robustes chevaux.

 

 

Typique d'une construction rurale, voici la ferme-bloc avec sa partie habitation (centre et pignon) et ses espaces pour les animaux, les matériels et les vivres.

 

 

Le séjour est en angle pour permettre d'avoir le spectacle de la rue comme celui de la cour. Le décor est simple et fonctionnel.

 

 

Dans le prolongement du séjour, une chambre habituellement réservée au maître de maison ou à l'occupant le plus âgé. Elle est chauffée par un immense poêle qui prend sa chaleur dans la cuisine attenante.

 

 

 

Une guide en costume traditionnel (ici Catherine Perez) vous expliquera les us et coutumes des familles alsaciennes, le pourquoi et le comment de telle disposition. 

 

  

 

 

 

Elle vous expliquera où logeaient les animaux et pourquoi un tas de fumier trônait toujours devant la maison. "Plus le tas était volumineux, plus la famille était riche".

 

 

 

La vache de race vosgienne était un auxiliaire précieux du cultivateur. Robuste, puissante, le pied sûr dans les labours, elle offrait en plus lait, viande, peau. Elle est présente au village et l'on peut même s'initier à la traite !

 

 

 

 

Autre animal largement mis à contribution, l'âne. Le parcours du village nous fera découvrir d'autres animaux et d'autres architectures pour d'autres fonctions. Nous sommes dans la rue du Moulin

 

 

Ici, cette grange est ornée d'un superbe pigeonnier

 

Dans sa bergerie attenante, un mouton placide contemple le visiteur

 

 

Plus loin, c'est le lavoir aux lignes élégantes.

 

 

Des manifestations, expositions, spectacles diurnes et nocturnes sont organisés presque toute l'année : fête et traditions de Pâques,  fête des artisans, des lavandières, bal champêtre du 14 juillet, spectacles d'été, nocturnes estivales, festival folk, fête des vendanges, arts du feu et ateliers culinaires. Les 50 salariés et les quelque 200 bénévoles, sous la houlette du directeur du lieu, Pascal Schmitt, imaginatif et truculent, ont à coeur de plaire à leurs visiteurs. Près de 200 000 en 2011, 6,5 millions depuis l'ouverture de l'Ecomusée en 1984 !

 

 

 

Dans cette maison, Morgane vous dévoilera la recette de la soupe aux herbes que vous pourrez goûter.

 

 

 

 

Le pâtissier vous aura préparé des kouglofs et de succulentes tartes aux mirtylles.

 

 

 

Le visiteur vient ici en famille pour la journée ou plusieurs jours tant il y a à voir. Un restaurant et un hôtel (voir ci-dessous) permettent à l'Ecomusée de pouvoir offrir gîte et couvert. Pour ne pas dénaturer le site, l'hébergement se fait dans de rustiques mais confortables maisons à colombages.

 

 

 

 

Ecomusée d'Alsace

Chemin de Grosswald

BP 71

68190 Ungersheim

Tél 03 89 74 44 74

www.ecomusee-alsace.fr

ouvert jusqu'au 4 novembte 2012 et du 25 novembre 2012 au 6 janvier 2013

Si vous venez en train, une calèche vous attendra en gare de Bollwiller pour vous amener à l'Ecomusée.

Accès par l'autoroute A35, Mulhouse-Strasbourg, sortie Ensisheim

 

Se restaurer :

La Taverne de l' Ecomusée, une bonne table et un service souriant et efficace

Tél 03 69 58 50 25  Site : www.restaurantlataverne.fr

 

Où loger :

Sur place à l'Hôtel Les Loges. Des appartements en duplex de différentes dimensions.

Tél 03 69 58 50 25  Site : www.hotellesloges.fr

 

 

Créé le : 17/04/2012 - Mise à jour : 07/06/2012
Commentaire (0) - Laisser un commentaire
Aucun avis
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales