Musée des Confluences Lyon : exposition Touaregs

A partir du 17 octobre au musée des Confluences, l'exposition " Touaregs " vise à dépasser les stéréotypes encore tenaces, datant de la période coloniale, véhiculés à propos des Touaregs. Elle invite à découvrir cette population de tradition nomade, vivant dans le désert du Sahara, à travers l'appréhension des différents codes esthétiques qui façonnent sa culture.

 

" Les amis " de Harandane Dicko (Bamako, Mali - 2006) musée des Confluences, Lyon

 

L'exposition s'attache également à montrer en quoi la société touarègue contemporaine, fortement impactée par des bouleversements géopolitiques, environnementaux et économiques de la région, affirme son identité en jouant sur son image et la perception qu'en ont les occidentaux, notamment à travers ses créations artisanales et artistiques. Le propos est illustré par les bijoux et objets traditionnels et contemporains, issus en grande partie des collections du Musée des Confluences, parmi lesquels 450 bijoux qui ont rejoint le fond du musée en 2015 à la suite d'une donation de l'association Masnat. En illustration, des extraits de poésies touarègues accompagnent en filigrane tout le parcours, également jalonné d'affiches, de photographies, d'archives de reportages télévisés, jusqu'à des clips musicaux.

 

" Conquérant pacifique du Sahara " de Charles de Foucauld

Collection particulière​

 

Le Parcours de l'exposition

Une image fantasmée, figée dans le passé colonial Si l'on s'en réfère à l'enquête réalisée par le Musée des Confluences auprès de plus de 500 internautes, les stéréotypes liés à la société Touarègue sont ancrés dans notre imaginaire collectif et occidental. Dès la deuxième moitié du 19è siècle, la littérature savante et romanesque, de Jules Vernes à Charles de Foucauld, construit peu à peu une image fantasmée et positive des Touaregs, nobles et chevaleresques. De façon plus marginale, lors des conflits, ces guerriers sont assimilés à des meurtriers sanguinaires, dont la soumission n'en est que plus valorisante.

Aujourd'hui, les Touaregs restent étroitement associés à un peuple évoluant librement dans l'immensité des déserts de dune et des fantasmes qu'ils suscitent. De nouvelles représentations viennent bousculer ces stéréotypes. Confronté à des problèmes d'ordre géopolitique, économique ou climatique, le mode de vie des Touaregs est en pleine mutation. Les images de ces actualités, complexes à appréhender, véhiculent parfois des amalgames de scènes négatives qui pourraient bien construire de nouveaux fantasmes.

Pour dépasser ces représentations, l'exposition propose au visiteur de découvrir cette population, dans la complexité et le dynamisme qui la caractérise.

 

Une identité culturelle exprimée à travers une série de codes esthétiques

Constitué de différentes confédérations réparties sur un très vaste territoire et comportant chacune ses spécificités, le peuple touareg possède toutefois une identité forte qui fédère les différentes régions. C'est notamment à travers la langue et l'esthétique que s'affirme cette identité. Ainsi le style touareg prend forme dans l'art de la parole, l'écriture, la poésie. Mais il s'incarne aussi à travers l'artisanat et les parures. Déclinée notamment dans les bijoux et les amulettes, les accessoires en bois ou les motifs des cuirs cette esthétique se définit par différentes caractéristiques : la sobriété, l'équilibre, la géométrie, les couleurs et le mouvement.

 

 

A gauche et de haut en bas :  Pendant d'oreille " taseggur " (Niger, Touareg Iw ellemmenden Kel-Denneg - 20e s.), Collier " khumeysa " (Mali, Touareg - 20e s.), détail d'un sac cavalier (Niger ou Algérie, Touareg - 20e s.)

A droite : Collier " shatshat " (Niger, Touareg Iw ellemmeden Kel-Denneg - 20e s.) photos Mathias Benguigui, musée des Confluences

 

  • La sobriété est associée à des comportements tout en retenue des individus, qui s'expriment, dans la vie quotidienne comme dans la poésie, à demi-mots et sous forme de litotes.
  • L'équilibre se retrouve dans les formes symétriques, les motifs des tissus ou des objets, notamment avec une forte présence de croix, comme en témoigne un tableau représentant les 21 croix devenues emblématiques des Touaregs. Cette symétrie trouve aussi sa place dans les poèmes, dont les vers jouent sur l'opposition des mots ou des concepts. Les visiteurs seront bercés par ces récits au cours de leur déambulation.
  • La géométrie préside les formes des bijoux et des motifs décoratifs, le plus souvent carrés et triangulaires. Les khomeysa, constituées de 5 losanges qui évoquent les 5 doigts de la main de Fatima, symbole de l'Islam, illustrent bien comment les Touaregs se réapproprient aussi des motifs venus de l'extérieur pour les transformer en objets géométriques et les adapter ainsi à leur propres esthétique.
  • Dans le champ des couleurs, ce sont principalement le rouge et le vert de Kano qui sont utilisés, et bien sûr, le célèbre indigo servant à teindre les tenues de fête et déteignent sur la peau pour les sublimer. Les bijoux et objets des Touaregs ont vocation à prendre vie dans le mouvement, comme les franges des objets en cuir, les colliers donnés aux jeunes filles qui font " tsha tshat ", et les bijoux portés aux chevilles qui participent à l'élégance des femmes.

 

Les Touaregs utilisent ces codes pour mieux s'en affranchir, en les déclinant très librement. De même, ils se nourrissent d'influences extérieures. Les techniques comme les matériaux et les goûts évoluent. Par exemple, l'or, autrefois délaissé car considéré comme trop ostentatoire, est venu rejoindre la panoplie des bijoux des jeunes femmes.

 

Détourner les codes traditionnels pour réaffirmer son identité

Sécheresse et désertification croissante, conflits armés régionaux, rébellions locales des tribus face aux Etats créés après la décolonisation, exploitation des ressources minières du Sahara constituent tout autant de bouleversements mettant à mal l'identité culturelle des Touaregs. Tandis que certains se livrent à la lutte armée, d'autres ont pris le parti de s'affirmer en jouant sur l'image qu'ils renvoient au reste du monde. Ainsi, un artisanat touareg exclusivement dédié aux touristes s'est développé, détournant les codes traditionnels au profit d'objets destinés aux occidentaux comme des étuis pour téléphones portables. Les bijoux sont adaptés à l'esthétique et aux usages occidentaux, tandis qu'à l'inverse, l'esthétique touarègue inspire les marques, telles qu'Ombre Claire, Cotélac ou Hermès, qui travaillent avec les Touaregs pour la production de bijoux et de maroquinerie destinés au marché occidental.

Parallèlement, plusieurs groupes rock touaregs sont reconnus sur la scène internationale et ont trouvé en cela un moyen puissant et pacifique de faire entendre leur voix, tels que Kel Assouf, Tinariwen ou Bombino.

 

Rappel / Les Touaregs vivent un territoire recouvrant plusieurs états de la zone saharienne : Mali, Niger, Algérie, Libye, Burkina Faso,. On retrouve également quelques communautés au Tchad et au Nigeria. Difficile à recenser, le nombre de Touaregs est estimé entre 1, 5 et 3 millions d'individus.

Une exposition conçue, réalisée et scénographiée par le Musée des Confluences - Du 17 octobre 2017 au 4 novembre 2018 - www.museedesconfluences.fr

Créé le : 12/09/2017 - Mise à jour : 12/09/2017
Aucun avis
Laissez un commentaire

Retour
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

 La ligne de partage des eaux en Ardèche et ses oeuvres d'art Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales