Ecologiste, même après la mort ! Funérailles écologiques, aux éditions Terre Vivante

Les paysages funéraires racontent une histoire, une vision du monde ". Ainsi s'exprime Gilles Clément, paysagiste bien connu et tout autant homme de lettres, penseur, conférencier et enseignant. Et d'aligner quelques phrases qui résument le regard des civilisations anciennes et actuelles : " L'absence de sépulture architecturale concerne les sociétés anciennes où l'on procédait aux véritables enterrements. Mis en terre, le corps se décompose et disparait. Elle concerne aussi notre époque pour ceux qui préfèrent disséminer les cendres issues de l'incinération des corps plutôt que de construire un bâtiment destiné à les accueillir. Pour le reste des humains, la mort laisse une trace en dur, un lotissement cadastré, une ville à part, on appelle cela un cimetière : du grec koimêtérion, le lieu où l'on dort. " Il amorce ainsi une réflexion qui sert de préface à un nouveau livre bien singulier dans son genre. Rien que le titre est surprenant : " Funérailles écologiques ". Faut-il y voir une technique de marketing ou bien l'amorce d'une réflexion nouvelle ?

 

Compte-rendu de lecture : Georges Lévêque ©

 

 

 

L'éditeur, Terre Vivante, en apposant sur la couverture une pastille qui déclare que nous sommes en présence d'un " Guide de survie en milieu funéraire " lance le débat. Chacun pensera ce qu'il voudra mais il faut bien avouer qu'après avoir parcouru ce livre de plus de 250 pages abondamment illustré, un constat s'impose. Nous sommes en présence d'un ouvrage très sérieusement traité qui ouvre une brèche dans la réflexion. C'est quand nous sommes vivants que nous devons décider du chemin que prendra notre dépouille mortelle et réfléchir à de nouveaux usages vis à vis du lieu qui les reçoit.

 

Arcangues © Serge Lapouge

 

Les auteurs Brigitte Lapouge-Déjean et Laetitia Royant évoquent les lois du marché des Pompes Funèbres qu'elles qualifient de lucratives et comment réduire les coûts qu'elles génèrent. Cela concerne le volet financier. Elles abordent ensuite les réglementations des cimetières qui sont laissées en grande partie à l'appréciation des communes. Un argument nouveau va bouleverser assez vite leur gestion. Il s'agit de la loi Labbé, remarquent-elles : " une loi zéro phyto pour la mise en place d'un objectif zéro pesticide " applicable depuis le 1er janvier 2017.

 

Saint-Bonnet-les-Tours Cimetière Nicole Dang © Serge Lapouge

 

Profitant de cette révolution de pensée et de plan de gestion, de plus en plus de villes ne se contentent pas d'y tolérer des allées reverdies. Elles imaginent un changement radical pour faire de ces lieux de mémoire des espaces verts presque comme les autres.

 

Cimetière de Boissiérette © Serge Lapouge

 

Avant d'aborder les changements essentiels qu'elles imaginent, elles passent en revue les lois et usages du passé. Puis elles partent à la découverte de quelques lieux de sépultures qu'elles proposent comme modèles à suivre. Elles pointent Boissiérette dans le Lot et Nantes où le cimetière moderne Toutes-Aides laisse l'herbe épouser le marbre ou la pierre des tombes. Quand tant de communes font exactement le contraire, où les employés en charge de la " propreté " éliminent avec ponctualité le moindre paturin et la moindre fleurette qui tenteraient de vivre sur un gravier copieusement arrosé de désherbant jusqu'à la veille de l'application de loi.

 

Niort, cimetière ancien © Serge Lapouge

 

La révolution verte écologique est en marche, même dans les cimetières, sommes-nous en droit d'espérer.

 

Funérailles écologiques, octobre 2017, 25 euros

www.terrevivante.org

 

Créé le : 04/11/2017 - Mise à jour : 07/11/2017
Commentaire (0) - Laisser un commentaire
Aucun avis
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales