Mai 2018 : des rosés pour l'été

Même si le vin rosé se boit aujourd'hui toute l'année, l'été lui va bien. Fraîcheur et arômes de fruits, souplesse dans son possible accompagnement des plats de la saison, en font un compagnon plus que sympathique, souvent indispensable. Sa production est d'une telle diversité qu'il est parfois difficile d'arrêter son choix.  Voici donc - sans publicité aucune - quelques conseils générés par cette aimable perspective que nous offre le calendrier, de retrouver prochainement la douceur et la chaleur de journées propres à nous faire oublier les frimas hivernaux.

 

Guy Riboreau ©

 

Bourgueil rosé du Domaine de la Noirée

 

 

Quelle appellation aujourd'hui n'a pas son - voire ses - rosés ? Tranquilles ou à bulles, ils débarquent en force dans les linéaires des grandes surfaces, dans les vitrines des cavistes, pour préparer l'avénement  du seigneur de l'été. Le nombre et la variété des rosés produits donne le tournis avant même d'avoir rempli son verre. Après avoir été longtemps le principal pourvoyeur de rosés français, la Provence se fait maintenant  doubler par le Pays d'Oc-IGP avec un volume total de production de 1.3M d'hectolitres.

Au niveau international, la France est le premier producteur, le premier consommateur et le premier importateur de rosé. Elle absorbe 35% des volumes, soit plus du tiers des vins rosés consommés dans le monde ! Elle est suivie par les Etats-Unis (14%) et l'Allemagne (8%). Notre pays est également le premier producteur de rosé, avec 28% des volumes produits en 2016. Mais elle est aussi de plus en plus fortement concurrencée : l'Espagne (19%), les Etats-Unis (16%), l'Italie (10%) ou l'Afrique du Sud (5%)

 

 

 

Tentons de faire des choix. L'effervescence a la cote.

 

Bulles rosées

Quel producteur de champagne ou de crémant ne propose pas, dans sa gamme, une version rosée ? Sans les connaître toutes, nous avons la possibilité très fréquemment de déguster d'aimables potions plus ou moins magiques propres à accompagner nos mets d'été.

Côté champagnes, on trouve dans les grandes maisons comme dans les coopératives, des bulles rosées fort estimables.

AInsi à Mailly Grand Cru, la subtille Intemporelle reste une très belle cuvée. De même  chez Drappier, le Rosé de saignée a de quoi faire tourner bien des têtes avec sa grande finesse, sa fraîcheur et sa longueur en bouche.

 

 

Côtés Crémants, on trouve aujourd'hui de superbes flacons qui prouvent que l'effervescence a de beaux jours devant elle, y compris dans leur version rosée. Figuière continue de nous séduire avec son Atmosphère 2016 aux bulles délicates qui nous transportent dans un joyeux univers provençal.

 

 

Le jurassien Domaine Rolet nous propose un crémant de belle facture, élégant, confirmant le savoir-faire du Domaine.  Poulsard, Pinot Noir et Trousseau se donnent la réplique avec talent.

 

 

Et plus au nord, l'Alsace élabore des crémants au rapport qualité-prix formidable. Voyez donc du côté de Dopff et Irion  qui commercialise son crémant à 10 euros pour un vin très équilibré qui accompagnera à merveille apéritif et plats de fruits de mer.

 

 

La Bourgogne, le Languedoc, la Vallée de la Loire, ne sont pas en  reste et on y trouve des effervescents rosés très estimables chez Monmousseau, Ackermann et.Couly-Dutheil. Pour ne citer que ceux-là..

 

Les rosés tranquilles

 

Rosés de soif, rosés de gastronomie, leur palette gustative est infinie comme leur couleur : du très pâle au rouge carmin, en passant par toutes les nuances du saumon et de l'ocre. Si la mode est au très pâle, il nous semble préférable de miser sur des vins à la robe plus soutenue comme les Tavel par exemple. Ils sont généralement plus charpentés, mieux équilibrés, que les rosés presque blancs qui tiendraient plus du "vin de soif". De même pour le célébre Rosé des Riceys, un vin tranquille de Champagne. Sa couleur et sa texture le rapprochent des vins rouges.

Dans cette appellation Tavel, nous avons eu, dans le passé, l'occasion de vous dire tout le bien que nous pensons des vins de certains domaines : La Rocalière, Alain Jaume, Ogier,

 

Plus au sud, côté Corse, il se fait des rosés d'une grande élégance. Prenons l'exemple du Patrimonio 2016 d'Yves Leccia, en son beau domaine de Poggio d'Oletta.  Nous avons là un rosé Bio 100% Niellucciu, d'une fraîcheur et d'un équilibre parfaits que nous avons testé sur un curry d'agneau où la structure du vin répondait à merveille aux épices des morceaux d'agneau se délitant en bouche. Une merveille d'accord met/vin.

 

 

La Provence produit surtout du rosé et les bons domaines ne manquent pas. Claire en France a eu l'occasion de vous en présenter quelques uns. Le Château de Saint Martin, le Moulin de la Roque, Estandon Vignerons

 

Le Château Beaulieu avec sa Cuvée Alexandre 2017 issue de ses coteaux basaltiques près d'Aix en Provence nous propose un superbe rosé frais aux arômes de fleurs et d'agrumes. Une réussite.

 

 

 

Le Languedoc-Roussillon est devenu Le producteur de rosé aux côtés de la Provence. Grands domaines (Paul Mas, Gérard Bertrand, Cazes), caves coopératives et petits producteurs ont compris que leurs vignes pouvaient contribuer à étancher l'énorme soif de rosés des Français. On trouve dans cette double région, des vins admirables. Il y en a de toutes les nuances, pour tous les goûts et à tous les prix.

Allez donc voir dans les Corbières avec la Cave de Cascastel

 

 

Explorez, dans la même région, les rosés des Vignobles de Foncalieu qui disposent d'une vaste gamme, vins de soif et vins de gastronomie issus des multiples domaines de cette vaste coopérative en recherche constante de vins de qualité...

Un IGP "Comté tolosan"  2017, 100% Malbec élaboré par Rigal, spécialiste de ce cépage, nous a bien plu par sa capacité à accompagner dignement  grillades et plats exotiques grâce à sa belle structure et son côté fruité et frais. Un rosé bien fait pour vos plats de l'été.

 

 

 

 

En Beaujolais, il existe d'honorables rosés qui méritent le détour. Frais et gouleyants, ils accompagneront agréablement vos repas de l'été. Voyez du côté des Vignerons de Bel-AIr ou chez Dominique Piron.

 

 

 

En Vallée de la Loire, nombreux sont les domaines qui produisent des rosés, souvent en assemblage Cabernet franc/Gamay/Grolleau. C'est le cas chez Bougrier qui opère sur les trois principaux terroirs ligériens : Touraine, Anjou et Muscadet. Dans le Sancerrois, la Cave coopérative en produit de remarquables. De même chez Joseph Mellot.  Encore confidentielle, l'appellation Noble-Joué produit au sud de Tours des rosés secs en assemblage de trois Pinots : Noir, Meunier et Gris (ou Malvoisie). Bourgueil produit de son côté de beaux rosés à partir de Cabernet franc.

La Vallée du Loir et ses Coteaux du Vendômois quant à eux vinifient d'excellents rosés  issus du pressurage direct du Pineau d'Aunis.

En Vallée de la Moselle, les Gris de Toul nous rappellent que la Lorraine comme l'Alsace produisent de bons vins, dont les rosés du Domaine Régina ou du Domaine Lelièvre.

 

 

 

Avec tous ces bons flacons, l'été 2018 n'a qu'a bien se tenir. On vous le souhaite ensoleillé et reposant.

GR

 

Un rappel technique : les quatre façons de faire du vin rosé

- la macération courte : en quelques heures la couleur s'installe dans le jus.

- le rosé de saignée : le vigneron prélève une partie du moût d'un vin rouge en cours de macération. La couleur s'est déjà installée.

- le rosé de pressurage : juste après la vendange, le vigneron presse très doucement et lentement le raisin et un début de coloration s'opère dans la presse.

- le rosé de coupage : on mélange vin blanc et vin rouge. En France, seule la Champagne est autorisée à faire du rosé de coupage.

 

Créé le : 02/05/2018 - Mise à jour : 02/05/2018
Commentaire (0) - Laisser un commentaire
Aucun avis
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

 La ligne de partage des eaux en Ardèche et ses oeuvres d'art Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales